EPREUVE ORALE

CONSEILS POUR LES RÉVISIONS DE L’ORAL EN FRANÇAIS

 1) Vérifier et compléter, si nécessaire, l’introduction :

  • l’auteur (l’essentiel en rapport avec le texte et l’oeuvre) et le mouvement  littéraire (seulement si celui-ci est nettement apparent dans le texte)
  • l’œuvre d’où le texte est extrait : genre, contexte, buts, accueil fait à   l’œuvre), structure…
  • le texte : situation dans l’œuvre + genre, registre (s), type de texte = forme de discours (narratif, descriptif, explicatif, argumentatif ; dialogue…), registres, tonalités ou visée (lyrique, épique, didactique, comique, satirique, polémique, tragique, pathétique, …

2) Chercher des questions envisageables, se demander quel est l’intérêt de ce texte, s’interroger sur les titres, les registres, les stratégies argumentatives, les formes de discours…

3) Pour bien analyser le texte :

- repérer la (ou les) fonctions du langage qui domine(nt) dans le texte. Il en existe 6, selon le linguiste Jakobson :

* la fonction expressive : le locuteur exprime ses sentiments, ses idées, … => indices de l’énonciation, modalisateurs, registre lyrique, …

* la fonction impressive ou injonctive : le locuteur transmet des ordres, des conseils, des injonctions… => emploi de l’impératif, par exemple

* la fonction métalinguistique : le locuteur explique le fonctionnement du langage, définit des mots, par exemple ou explique des aspects grammaticaux => registre didactique,

* la fonction poétique : le locuteur joue avec les mots, les rythmes, les sonorités. Cette fonction existe dans tous les genres, pas seulement en poésie.

* la fonction phatique : il s’agit seulement de vérifier que la communication est possible, que le destinataire est en mesure de capter le message ; cette fonction ne désigne pas un sens, un contenu particulier. Ex : allo ? hep, là bas ! ohé, vous m’entendez ?…

* la fonction référentielle : le locuteur informe, décrit un référent, analyse des faits, des réalités

=> registre didactique, visée documentaire ou philosophique

- revoir le déroulement du texte, son plan, sa structure, son mouvement, sa progression thématique et logique, les effets de rupture ou d’opposition éventuels… : on s’appuie sur les connecteurs logiques, les indices spatio-temporels, essentiellement ; observer la disposition et la longueur des paragraphes…

- repérer les champs lexicaux et les principaux procédés d’écriture : ponctuation, syntaxe, temps verbaux, indices de l’énonciation, figures de style, niveaux de langue (soutenu, courant, familier…), procédés oratoires => ces éléments doivent toujours être associés au sens du texte, car on doit constamment associer le fond et la forme du texte, montrer comment l’un met l’autre en valeur.

4) Élaborer des plans répondant aux questions envisagées en cours ou recherchées : voir point 2)

Remarques :

  • Pour vos fiches de révision, appuyez-vous sur les notes de cours, complétez-les en travaillant en équipe NB : il faut toujours s’assurer que le texte est bien compris littéralement, vérifier le sens du vocabulaire, être capable de comprendre et d’expliquer les mots ou expressions difficiles.
  • La fiche de révision ne doit pas simplement résumer le texte, sinon l’essentiel du cours, donc les richesses du texte, passent à la trappe ; elle devrait plutôt chercher à compléter les connaissances !
  • L’essentiel, pour l’oral, est encore de s’entraîner avec des camarades ou des professeurs : s’habituer à lire à haute voix les textes, en respectant bien les liaisons, les diérèses pour la poésie… ; s’entraîner à préparer une analyse en ½ h et à expliquer le texte en 10 minutes, sans trop regarder ses notes, en adoptant un ton adéquat (fluide, pas trop monotone) et un vocabulaire précis, un langage qui ne soit pas trop relâché ; trouver des idées pertinentes pour ouvrir les perspectives dans la conclusion.

+ Pensez aux cartes mentales qui vous permettent d’aller rapidement à l’essentiel, d’organiser vos analyses et votre réflexion personnelle sur le texte.

DOCUMENTS OFFICIELS SUR L’ÉPREUVE :

L’épreuve orale du bac (-> informations données sur EDUSCOL) :

Durée : 20 minutes (2 x 10 minutes : lecture analytique + entretien)

Temps de préparation : 30 minutes (texte à préparer à partir d’une question posée par l’examinateur)

Coefficient : 2 pour les séries L, ES, S, STG, STI2D, STD2A, ST2S,STL.

I – Finalités

L’examen oral a pour but d’évaluer la capacité du candidat à mobiliser ses connaissances. Il doit lui permettre de manifester ses compétences de lecture, d’exprimer une sensibilité et une culture personnelles et de manifester sa maîtrise de l’expression orale ainsi que son aptitude à dialoguer avec l’examinateur.

II – Définition

Le déroulement de l’épreuve

L’examen oral se déroule en deux parties de chacune 10 minutes qui s’enchaînent et sont précédées d’un temps de préparation de 30 minutes. Le temps consacré à accueillir le candidat et à remplir la fiche d’évaluation est d’environ 10 minutes. Ainsi il n’est imputé ni sur le temps de préparation ni sur celui consacré à l’épreuve. Chacune de ces deux parties est évaluée sur 10 points.

1. La première partie de l’épreuve

Dans la première partie de l’épreuve, le candidat rend compte de la lecture qu’il fait d’un texte choisi par l’examinateur dans le descriptif des lectures et activités. Cette lecture est orientée par une question initiale à laquelle il doit répondre en partant de l’observation précise du texte, en menant une analyse simple et en opérant des choix afin de construire une démonstration. On n’attend donc de lui ni une étude exhaustive du texte ni la simple récitation d’une étude faite en classe.

Le choix de l’extrait

En aucun cas le candidat n’est interrogé, pendant cette partie de l’épreuve, sur les lectures cursives. L’extrait est tiré d’un des groupements de textes ou d’une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique figurant sur le descriptif des lectures et activités. Trois possibilités sont offertes à l’examinateur qui adapte ses attentes et son évaluation à la possibilité qu’il a retenue :

  • interroger sur un texte ou un extrait de texte figurant dans un des groupements de textes ;
  • interroger sur un extrait – ayant fait l’objet d’une explication en classe – tiré d’une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique ;
  • interroger sur un extrait – n’ayant pas fait l’objet d’une explication en classe – tiré d’une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique.
La longueur de l’extrait

La longueur du texte ou de l’extrait à étudier ne peut être fixée dans l’absolu. Elle dépend en fait de la question posée et des éléments de réponse à rechercher dans le texte. On s’en tiendra donc à une limite inférieure (une demi-page, ou moins dans le cas d’une forme poétique brève…) et à une limite supérieure (une page et demie, éventuellement deux pages pour un texte théâtral).

La question

Une question écrite amène le candidat à étudier, en lien avec l’objet d’étude ou les objets d’étude retenu(s), un aspect essentiel du texte. Elle est formulée avec clarté et évite toute utilisation abusive de termes techniques susceptibles de mettre le candidat en difficulté. Elle appelle une interprétation, fondée sur l’observation précise du texte.

L’exposé du candidat

Le candidat fait une lecture à haute voix de la totalité ou d’une partie du texte à étudier, avant son exposé ou au cours de son exposé au choix de l’examinateur. L’exposé est ordonné. Il prend constamment appui sur le texte proposé mais ne peut consister en un simple relevé. Il présente, de façon libre mais adaptée, les éléments d’une réponse organisée à la question posée.

L’examinateur n’intervient que de façon très exceptionnelle :

  • pendant la durée de l’exposé, seulement si le propos du candidat tourne court ;
  • à la fin de cet exposé, s’il juge indispensable de vérifier la compréhension littérale du texte par le candidat. La deuxième partie de l’épreuve

2. La deuxième partie de l’épreuve

La seconde partie de l’épreuve est un entretien, pendant lequel l’examinateur s’attache à conduire un dialogue permanent avec le candidat.

Les objectifs de l’entretien

L’examinateur ne se livre pas à un « corrigé » de la première partie de l’épreuve. Il veille à ne pas exiger du candidat la récitation pure et simple d’une question de cours. Il cherche au contraire :

  • à ouvrir des perspectives ;
  • à approfondir et à élargir la réflexion, en partant du texte qui vient d’être étudié pour aller vers :à évaluer les connaissances du candidat sur l’œuvre ou l’objet d’étude ;
    • l’œuvre intégrale ou le groupement d’où ce texte a été extrait ;
    • une des lectures cursives proposées en relation avec le texte qui vient d’être étudié ;
    • l’objet d’étude ou les objets d’étude en relation avec le texte qui vient d’être étudié ;
  • à apprécier l’intérêt du candidat pour les textes qu’il a étudiés ou abordés en lecture cursive ;
  • à tirer parti des lectures et activités personnelles du candidat.
La conduite de l’entretien

En liaison avec l’objet ou les objets d’étude, l’examinateur cherche à évaluer un ensemble de connaissances et de compétences issu des lectures de l’année. Il ouvre le plus possible cet entretien aux lectures et aux activités personnelles du candidat, telles qu’elles sont mentionnées sur le descriptif. Pour cette raison, l’examinateur s’appuie sur les propos du candidat et conduit un dialogue ouvert. Il évite les questions pointillistes.

III – Évaluation de l’épreuve orale

L’examinateur se donne pour principes, dans les appréciations qu’il porte :

  • d’utiliser toute l’échelle de notation ;
  • de valoriser les éléments de réussite plutôt que de pénaliser les carences ;
  • de valoriser la culture personnelle manifestée à bon escient par le candidat.

Il importe, dans ce processus, de prendre en compte le caractère oral de l’épreuve. On proposera donc une évaluation dans les trois grands domaines que l’on peut alors considérer comme essentiels : l’expression, la réflexion, les connaissances. Le tableau qui suit résume, pour chacune des deux parties de l’épreuve, les principales connaissances et compétences faisant l’objet de cette évaluation.

 

  EXPOSÉ ENTRETIEN
Expression et

communication

Lecture correcte et expressive Qualité de l’expression et niveau de langue orale

Qualités de communication et de conviction

Aptitude au dialogue Qualité de l’expression et niveau de langue orale

Qualités de communication et de conviction

Réflexion et

analyse

Compréhension littérale du texte Réponse construite, argumentée et pertinente, au service d’une interprétation

Références précises au texte

Capacité à réagir avec pertinence aux questions posées pendant l’entretien Qualité de l’argumentation

Capacité à mettre en relation et à élargir une réflexion

Connaissances Savoirs linguistiques et littéraires Connaissances culturelles en lien avec le texte Savoirs littéraires sur les textes, l’œuvre, l’objet ou les objets d’étude Connaissances sur le contexte culturel

IV – Documents

Les documents nécessaires

L’examinateur reçoit à l’avance les descriptifs des lectures et activités des candidats qu’il aura à évaluer. Les photocopies des textes étudiés en lecture analytique ne figurant pas dans les manuels sont jointes aux descriptifs. Pour l’épreuve, le candidat apporte :

  • son exemplaire du descriptif des lectures et activités ;
  • deux exemplaires du manuel en usage dans sa classe ;
  • un jeu de photocopies des textes ne figurant pas dans le manuel, identique à celui qui a été adressé à l’examinateur ;
  • deux exemplaires des œuvres intégrales étudiées.

Le jour de l’épreuve, l’examinateur apporte les descriptifs des lectures et activités qu’il a reçus ainsi que les textes photocopiés joints. Les fiches d’évaluation individuelles des candidats ainsi que les bordereaux de notation sont remis aux examinateurs avant l’épreuve. Tous les candidats scolaires présentent un « descriptif des lectures et activités ». En cas d’absence du descriptif, l’examinateur le mentionne au procès-verbal et procède tout de même à l’interrogation à partir d’un texte de son choix et après discussion avec le candidat sur le travail accompli et les lectures faites dans l’année.

Le « descriptif des lectures et activités »

En vue de l’examen oral, le professeur rédige pour l’ensemble des élèves de sa classe un « descriptif des lectures et activités » réalisées pendant l’année. Ce descriptif des lectures et activités peut s’élaborer progressivement, au cours de l’année, dans un travail concerté avec les élèves.

Il présente une série d’éléments apportant à l’examinateur les informations nécessaires sur le travail réalisé par le candidat pendant son année de première. Il précise de ce fait le titre et la problématique de chaque séquence ainsi que l’objet (ou les objets) d’étude qui sont abordé(s). Il indique également les textes (groupement ou œuvre intégrale) étudiés à l’intérieur de chaque séquence et la démarche retenue pour cette étude (lectures cursives ou analytiques, approches d’ensemble retenues pour l’ étude des œuvres intégrales). Il mentionne obligatoirement et clairement – afin de faciliter le travail des examinateurs – le manuel utilisé dans la classe, l’édition des œuvres intégrales et les références très précises des différents textes indiqués : édition, chapitre, page, début et fin de l’extrait. Il donne, le cas échéant, quelques indications sur les activités complémentaires – en particulier orales – proposées à la classe et sur le travail personnel de l’élève.

Le descriptif est signé par le professeur et visé par le chef d’établissement. Un exemplaire est remis à l’élève. La mise en page – linéaire ou tabulaire – et la présentation de ces indications sont laissées à l’appréciation de chaque professeur ou de chaque équipe pédagogique. Dans tous les cas on veillera à préserver la concision et la lisibilité de ce document. Les candidats individuels ou les candidats issus des établissements scolaires hors contrat présentent l’épreuve dans les mêmes conditions que les candidats scolaires. Le « descriptif des lectures et activités » est alors constitué par le candidat lui même en conformité avec les programmes de la classe de première.

La fiche d’évaluation

La question et les références du passage à étudier sont indiquées par écrit au candidat, au moyen d’une fiche qui lui est remise et qu’il signe avant de commencer sa préparation. Le modèle de fiche est porté en annexe. Après la prestation du candidat, l’examinateur porte sur cette fiche pour chaque partie de l’épreuve ses appréciations ainsi que le nombre de points sur 10 attribué à la première partie et à la seconde partie. Il signe la fiche complétée. Seule la note globale sur 20 est reportée sur le bordereau de notation.

 

Vous trouverez ici des rappels utiles sur l’épreuve :

http://www.weblettres.net/sommaire.php?entree=2&rubrique=8&sousrub=41

http://brunorigolt.blog.lemonde.fr/2012/06/22/tutoriel-eaf-2012-tout-sur-loral-lexpose-et-lentretien/

http://www.letudiant.fr/letudiant-tv/examens/bac-general/bac-reviser-l-epreuve-de-francais.html

Essentiel : Entraînez-vous à bien lire à voix haute ! De nombreux conseils de professionnels ici :  

http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article3802

Des vidéos pour « apprendre et réviser » :

http://education.francetv.fr/francais/premiere

Des tutos sur l’épreuve orale :

https://www.youtube.com/watch?v=3-lbOj6DzWM

  • l’entretien :

https://www.youtube.com/watch?v=xq_8d8Talgw#t=368

 

 

Pour la lecture analytique (1re partie de l’épreuve), voici un exemple de fiche de révision :

fichier pdf Fiche révision ORAL

Pour l’entretien, vous trouverez des exemples de questions classées par objets d’étude en suivant ce lien :

http://www.weblettres.net/spip/spip.php?article853

 

Publié dans : ||le 14 mars, 2015 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

Mon Sang d'Encre |
BIBLIOTHEQUE à Céder |
Lectureinfernale |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Laloba54
| Bellifrala
| Modulateur